Embarquons-nous !

Publié le par L'Equipage des Chavans

Ici, sont relatés une fois la semaine, les petits et grands instants de la batellerie des Chavans sur la rivière Allier.

Fête de la Rivière (photo christian oberto)

Fête de la Rivière (photo christian oberto)

/

Train de bateaux (graffiti de Mauboux - Livry)

Train de bateaux (graffiti de Mauboux - Livry)

Fête de la Rivière (photo nathalie bugeat)

Fête de la Rivière (photo nathalie bugeat)

 

                                                                     \

La rivière parcourue au bâton ferré ou à la voile, offre par instants lumineux, les enthousiames et inquiétudes de l'ancienne marine, c’est La véritable machine à remonter le temps, celle qui rend acteur et précise la réalité d’hier.

marque

Voir les commentaires

Samedi 9 janvier 2021 : des filles contre la ronce

Publié le par L'Equipage des Chavans

photos mathilde paris

photos mathilde paris

Cote pont du Veurdre : + 0,05 m.

2021 sera féminin. En cette fraîche matinée, vivifiée d'une bise courant le val à l'envers, point de navigation mais les bateaux ne sont pas loin. Le "sentier de la batellerie" comme on l'appelle, est l'objet d'un grand débroussaillage. Cette petite liaison de bocage joint en un éclair la rivière au hangar à bateaux. Un chemin creux bourbonnais en miniature avec les mêmes atouts (abri du vent, de la pluie, du soleil et discrétion) tout en gardant l'oeil sur la rivière. Caroline, Nelly et Cécile ont oeuvré toute cette journée, close à la nuit tombée d'un apéritif dînatoire, au meilleur Champagne et ses coupes, oui ; une attention de Caroline dont les voeux sont bien sûr de se revoir tous bientôt. La suite sous les étoiles, c'est un pâté maison de Cécile et les chips de Nelly... Le bonheur quoi ! 

Le chantier continue samedi prochain.

 

Samedi 9 janvier 2021 : des filles contre la ronce

Voir les commentaires

Samedi 2 janvier 2021 : des filles à contre-courant

Publié le par L'Equipage des Chavans

photos caroline le coeur

photos caroline le coeur

Echelle du Veurdre : + 0,28 m.

En ce premier samedi de la nouvelle année et qui, nous l'espérons pour tous, augure de meilleurs jours, un équipage féminin à pour la première fois ressenti toute la puissance des 50 m2 de la voile du futreau Hors du Temps. Cécile et Nelly n'ont pas craint la bise soutenue de nord pour s'embarquer à contre-courant de la rivière Allier. Accompagnées de Manu qui a largement rappelé les consignes de prudence propres à cette technique de navigation traditionnelle et néanmoins hivernale, elles ont pris connaissance des différents éléments constituant un futreau "armé" à la voile. 

 

Nelly et Cécile, chacune à leur tour, manoeuvrent la piautre du futreau

Nelly et Cécile, chacune à leur tour, manoeuvrent la piautre du futreau

Entre deux "remontes" devant Embraud, Manu partage une observation d'un passager des promenades batelières du samedi matin, un "homme de mer", qui réalisait avec étonnement les nombreux paramètres à prendre en compte pour une navigation à contre-courant d'une rivière et qui plus est, l'Allier... La direction du vent, sa force et ses à-coups, la direction et la force du courant, la profondeur des eaux, les vieilles souches traîtresses, les arbres de rives plus ou moins penchants, le mouvement des sables, le tout faisant un chemin de rivière beaucoup plus étroit que son lit initial pourrait faire croire, tout en gardant bien sûr à l'esprit les limites d'équilibre de la nacelle. Une infinité de données à intégrer pour espérer gagner avec l'aide d'Éole quelques horizons amonts et goûter la plénitude puissante d'un bateau emporté.

Samedi 2 janvier 2021 : des filles à contre-courant

Voir les commentaires

25 décembre 2020 : Hors du Temps à la voile

Publié le par L'Equipage des Chavans

25 décembre 2020 : Hors du Temps à la voile

Echelle des crues pont du Veurdre : + 0,21 m.

Le jour de Noël, Manu et Thibaut font "marcher" à la voile Hors du Temps. Une fois franchi le délicat pertuis d'Embraud qui oblige une trajectoire fortement latérale aux risées, le futreau rejoint le lit du vent et le détroit Embraud / pont du Veurdre est rondement couvert.

 

 

La piautre gouvernail

La piautre gouvernail

Plaque devise et en fond la Bayolle, ancienne auberge de marine

Plaque devise et en fond la Bayolle, ancienne auberge de marine

Voir les commentaires

Samedi 19 décembre 2020

Publié le par L'Equipage des Chavans

Sur le détroit Le Veurdre / Villeneuve-sur-Allier

Sur le détroit Le Veurdre / Villeneuve-sur-Allier

Echelle des crues du pont du Veurdre : s'il est encore possible de la croire tellement elle semble inconstante en cette folle année ! Elle indique aujourd'hui une cote positive de 0,39 m.

Donc, en ce dix-neuvième jour de décembre de l'an deux mille vingt, le Lion d'Or, grande toue des Chavans, a levé l'ancre au gré d'un afflot attendu, pour la première fois depuis le 14 mars de cette année. Un voyage de remonte sans public, teinté de mélancolie, en direction de l'iconique Tour Barrieu. 

 

Le Lion fait planche à l'aval de la Tour Barrieu

Le Lion fait planche à l'aval de la Tour Barrieu

Un peu avant 13 heures, rendu sur des terres plus hautes et espérées, le bateau fait "planche". Le grand chêne matérialisant l'ancien donjon veille encore la vallée comme la girouette à tête de dragon de la maison forte de Beauregard. 

Le beau domaine romantique de Beauregard (photos nelly perret)

Le beau domaine romantique de Beauregard (photos nelly perret)

photos manu parisphotos manu paris
photos manu parisphotos manu parisphotos manu paris
photos manu parisphotos manu paris

photos manu paris

Voir les commentaires

Mercredi 16 décembre 2020 : Do est parti plus loin...

Publié le par L'Equipage des Chavans

Do avec son ami Gilles

Do avec son ami Gilles

Dominique Robert " Le Do" s'en est allé comme un guerrier qu'il était. Sans crainte au mal, comme sur sa moto de cross ou bâton en mains à l'avant du pont de la grande toue. Il pouvait même faire peur ! Le genre de gars qui, en toute situation, donne tout. Son amour des autres et de la musique le poussait (comme Jacky Griffet) à offrir sans retenue réconfort ou louanges. Très sensible, il avait coeur de partager ses émotions et de convaincre.

L'Equipage l'embrasse très fort là où il est. Nous pensons à sa Fred et à sa famille.

 

En vigie des écueils en rivière sur une remonte depuis le château de Meauce

En vigie des écueils en rivière sur une remonte depuis le château de Meauce

Ci-dessous lors d'un beau voyage A/R Embraud / château de Meauce en mai 2017. 

Voir les commentaires

Jeudi 10 décembre 2020 : Embraud et la rivière Allier vus du ciel

Publié le par L'Equipage des Chavans

Jeudi 10 décembre 2020 : Embraud et la rivière Allier vus du ciel

Laissons partir 2020 sans regret et prenons quelques instants de la hauteur. Emplissons nos poumons d'air pur avec des images étonnantes de Didier Perret. Il survole la rivière Allier et montre la formidable situation du domaine d'Embraud, chez les Chavans. Images captées en août dernier, au plus fort de l'étiage.

 

Jeudi 10 décembre 2020 : Embraud et la rivière Allier vus du ciel

Voir les commentaires

Dimanche 22 novembre 2020

Publié le par L'Equipage des Chavans

Dimanche 22 novembre 2020

Echelle des crues : - 0,48 m.

Sans bien y regarder, la rivière pourrait paraître quelquefois monotone, du sable, du gravier et de l'eau qui suit sa pente. Pourtant il y a toujours quelques traces d'histoire qui patientent... Ci-dessus, ce pilot de seuil de pont ou d'hausserée. Ces solides pieux de chêne, disposés en nombre, constituaient la base de l'assise des anciens ponts ou contribuaient à la protection d'une digue. Le travail de sape incessant de la rivière fait qu'un jour ils se retrouvent sans brutalité "libérés", le pourquoi de leur pointe toujours acérée comme au premier jour.

Et puis, pour celui ou celle qui veut les voir, la rivière offre bien sûr ces sculptures, belles et émouvantes, qui transfigurent toute l'énergie du lieu et précisément celle d'anciennes crues. 

 

Dimanche 22 novembre 2020

Voir les commentaires

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Publié le par L'Equipage des Chavans

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Echelle des crues du pont du Veurdre : - 0,47 m.

Hier soir 19 novembre, Nelly en vigie batelière de permanence, communique l'information suivante : il manque un futreau au train chavan ! C'est La Gabrielle...

Evidemment, c'est la consternation car il est notre initial et plus ancien futreau. Il représente nos apprentissages et tant de beaux voyages. En ces jours courts de lumière, il nous faut remettre à demain sa recherche.

Malgré un confinement respecté, il est des cas de force majeure, car ces bateaux traditionnels sont un patrimoine associatif et bien au-delà.

 

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Au gré d'un franc soleil d'hiver, nous nous embarquons, motivés, même s'il semble aux premières constatations à la lumière du jour que la commande a été coupée à l'aide d'un mauvais couteau.

Le bas niveau de la rivière ne permet pas de la remonter, donc notre bateau n'a pu que partir vers l'aval. Sans impulsion aucune, nous laissons notre nacelle voguer aux sons seuls de la nature. Chacun scrute les rives et embâcles, privilégiant le talweg (le courant principal) qui porte et conduit tout objet flottant. Mais, s'il n'est pas aisé voir impossible de remonter cette rivière aujourd'hui, cette incertitude est la même pour notre voyage de recherche... Pourrons-nous ramener notre bateau au pied d'Embraud, rue de la Chaîne ?

Voilà plus d'une heure que nous avalons et le doute de trouver et de revenir ne fait que s'accroître. Derrière nous, Ponsut, Mauboux, Bouy et ses dalles au vert intense et traîtresses en fond de rivière, que notre bateau râcle par instant. Nous devinons maintenant le triste pont de Mornay et toujours pas de Gabrielle ! Manu fait part d'une courbe aigue des flots prochaine qu'aucun bateau ne peut franchir seul ou mal accompagné. Le jour déclinant rapidement, il est décidé que ce serait le point limite de notre recherche.

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Une fois encore Cécile semble l'apercevoir, c'est vrai que la silhouette est troublante mais non. Alors l'équipage déçu se décide pour la remonte qui sera lente et difficile. Les lumières de cette fin de journée sont sublimes et nous tentons de nous en suffire. A la vue de l'île du Ponsut, le pilote se rassure un peu de se retrouver en des encâblures plus communément empruntées, pour le chemin d'eau à choisir et pour la nourrice maintenant remplie de vide. Le bras de "mar", totalement ignoré à la descente, apparaît comme dans un lent traveling de cinéma... Puis, le profil de la fine silhouette de La Gabrielle gentiment posée sur un banc de graviers, comme si son charpentier Guy Brémard venait de terminer son ouvrage il y a 26 ans !

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Ce contournement de l'île n'est pas le passage du courant majeur, néanmoins nous l'aimons beaucoup pour son allure sauvage. De vieux chênes encombrent son lit et lui confèrent cet aspect inquiétant. Il était impossible d'imaginer que notre futreau, à gré d'eau, ferait choix de cette route et encore moins de l'imaginer traverser sans bris toutes ces barrières de bois. Pourtant il est là sans même une blessure. Ce n'est pas la peine que nous insistions sur le fait que nos bateaux ont une âme. Celle de la Gabrielle est bien perceptible par cette volonté d'autonomie...

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Après quelques minutes d'accordage entre Manu et Philippe sur la conduite à tenir pour que ce futreau retrouve son élément et de confirmer l'usure du cordage et non le vol, le voici maintenant à la remorque de Pénélope pour son retour vers la famille des bateaux chavans. Comme à l'accoutumée d'une mission incertaine et maintenant accomplie, un sifflet puissant retentit depuis la rivière vers Embraud, même si les murs sont une fois encore vides et sans musique.
Bientôt, les musettes résonneront à nouveau et les filles danseront...

 

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>