Brassac - Coudes : 33 km

Publié le par L'Equipage des Chavans

VENDREDI 11 MAI : nos bateaux sont transportés sur place par Vincent Robillot.

 chargement des bateaux

Nous sommes accueillis à Brassac par Joël dont la gentillesse et la disponibilité nous resteront longtemps en mémoire. Gérant du camping, il a bien voulu garder nos avirons depuis mercredi dernier.

SAMEDI 12 MAI : c'est le grand jour. Avant de lever l'ancre, il nous faut soigner le Fût d'Trop encore convalescent. 

Réparation Fût d'Trop départ de Brassac

Un orage violent nous surprend dès le matin. Nous partons sous une pluie battante, il est déjà 10 heures.

 Brassac

 

Manu joue le rôle de toutier, devant sur son bachot. Le paysage est sauvage, mais il faut veiller à suivre le chenal,

le courant est rapide : il faut être vigilant.

Brassac

Après une avalaison d'une matinée, la première halte aura lieu au pied de la butte de Nonette.

photo Pont

 

Puis, nous levons la tête pour admirer l'église de Saint-Yvoine en surplomb. 

photo

A l'amont de Parentignat, nous arrivons dans une "verse" - une grande courbe - avec un courant plus fort que jamais. 

Trois arbres couchés dépassent de 80 cm. Manu, Jean-Baptiste et Trudi les évitent de justesse. Malheureusement, l'équipage du Fût d'Trop se trouve pris dans les branches. L'ancre est à l'eau, perdue. Il faut se dégager au plus vite par un sciage rapide. Mais il n'y a rien à faire, le courant jette le futreau dans le 2ème acacia et le fait chavirer. Stéphane s'est couché au fond du bateau et a suivi le mouvement. Lorsqu'il se relève, il aperçoit Jean-Marc qui a rejoint la rive opposée. Quant à Fred, il s'est rattrapé in-extremis à une branche. Il faudra une demi-heure à Manu et Stéphane pour le tirer d'affaire. Plus de peur que de mal, on s'en tire avec une patouille, une bourde et une planche de bordage cassées, une ancre retrouvée miraculeusement et un banc récupéré plusieurs kilomètres en aval. Tout le monde écope le Fût d'Trop et on repart... Certains sont bien trempés !

Coudes

Vers 17h., on passe l'embouchure de la Couze et l'on aperçoit le village de Coudes et ses célèbres rochers. On accoste rive droite, sur la commune de Parent. Le campement est établi à deux pas des bateaux. Au loin : Montpeyroux.

Coudes

 

Coudes

La journée a été chargée en émotions. La pluie a enfin cessé. Le jour décline doucement, alors que nous fêtons l'anniversaire de Jean-Baptiste, le batelier-charpentier de l'équipe, qui arrose ses 24 ans.   

Coudes

 

 

 

Commenter cet article

Bigtronche 15/05/2012 17:35

Oùquysont?
Commentquyvont?
Quoiquyfont?
Commentquy(v)ontfaireàvichy?

Jean-Christophe Grossetête 14/05/2012 14:41

Salut et chapeau bas ou chapeau tout court!
L'arbre, à plus forte raison les arbres en travers avec souvent un tirant d'air insuffisant et bien sûr le courant principal qui passe dessous juste au pire, ou la série de rachats qui ne sont pas
encore accumulés à la tête d'une île,ça peut créer des émotions et un peu de casse...Vous venez sans doute de descendre ce qu'il y a de plus sauvage sur votre parcours parce que pas large, rapide,
sinueux donc il faut lire vite, et des veurdiaux où la main de l'homme met pas les pieds.
Hâte de voir la suite sur le blog avec le beau temps comme partenaire.
Non jus, bon vent et à jeudi en Braud
JCG

rheinweg 14/05/2012 07:20

salut les gars, courage et merci pour ce reportage.
Pierre.

laroutedescharabias.over-blog.com 13/05/2012 20:53

bravo mesdames et messieurs un trés grand respect pour ces gens qui naviguent plus qu'ils ne causent ....courage à vous pour votre magnifique avalaison

Ghislaine 13/05/2012 20:52

Courage les chavans ! Vous êtes plus forts que les éléments !
La bise à vous tous,
Ghislaine