Samedi 4 février 2012 : la rivière porte glaçons !

Publié le par L'Equipage des Chavans

Du côté du chantier...

 

Les membrures du bachot seront taillées dans des plateaux sciés dans un chêne de bouchure provenant de la commune de Croisy dans le Cher.

 

Thomas les a préparés et sélectionnés en fonction des "mouvements" des lignes du bois propres à servir les pièces courbes des membrures. Aujourd'hui, nous commençons par les allonges.

 

Relevage de cotes sur le bachot MathildeAprès un relevé de cotes sur le bachot Mathilde, des gabarits sont tracés. Ils aideront au choix de l'emplacement de taille sur les plateaux.

   

Une attention particulière est portée aux parties de fil courbe qui doivent tendre à épouser la forme de la future pièce.Traçages pour les membrures et allonges  

   

 

 

  

 

 

 

 

 

Marque à Fred

 

 

 

Sur la rivière...

 

Y'a plus de saison !

Pourtant ce matin la rivière porte glaçons.

 

Il fut dans l'histoire des hivers bien plus terribles, comme celui dont les glaces retinrent au Veurdre plus de cent bateaux. Le début de l'année 1789 commence ainsi sur ce grand port du Bourbonnais : Le froid a commencé le 8 novembre et a fini sur la fin janvier suivant. La gelée a été si forte qu'on a passé sur la glace l'Allier pendant trente-six jours consécutifs, à pied, à cheval et en voiture ; la glace avoit jusqu'à 20 et 22 pouces d'épaisseur*. La débâcle n'a occasionné aucun dommage dans ma paroisse et ses environs, mais plus loing c'étoit un déluge universel qui a entraîné  maisons, ponts, beaucoup de personnes ont été submergées, aussi tous les bois et batteaux sur les bords... Au Veurdre, ce 30 janvier 1789, Delage Curé.

*environ 60 cms

 

Ci-dessous, un petit aller-retour à la bourde sur l'île en face d'Embraud, par vent de bise. On n'y voit deux utilisations possibles des grandes perches ferrées : la première où Manu manoeuvre le futreau Tresse-Allier de la levée arrière, la seconde avec Jean-Marc en renfort. La remonte s'effectue alors en marchant dans le bateau et en se croisant. Cette dernière technique, lorsque le couple de bourdeurs "s'entend", est la plus efficace contre le vif courant de l'Allier.

Marque à Manuscrit    

 

 

 

 

Commenter cet article

R
super les gars!!!
pierre
Répondre