Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Publié le par L'Equipage des Chavans

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Echelle des crues du pont du Veurdre : - 0,47 m.

Hier soir 19 novembre, Nelly en vigie batelière de permanence, communique l'information suivante : il manque un futreau au train chavan ! C'est La Gabrielle...

Evidemment, c'est la consternation car il est notre initial et plus ancien futreau. Il représente nos apprentissages et tant de beaux voyages. En ces jours courts de lumière, il nous faut remettre à demain sa recherche.

Malgré un confinement respecté, il est des cas de force majeure, car ces bateaux traditionnels sont un patrimoine associatif et bien au-delà.

 

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Au gré d'un franc soleil d'hiver, nous nous embarquons, motivés, même s'il semble aux premières constatations à la lumière du jour que la commande a été coupée à l'aide d'un mauvais couteau.

Le bas niveau de la rivière ne permet pas de la remonter, donc notre bateau n'a pu que partir vers l'aval. Sans impulsion aucune, nous laissons notre nacelle voguer aux sons seuls de la nature. Chacun scrute les rives et embâcles, privilégiant le talweg (le courant principal) qui porte et conduit tout objet flottant. Mais, s'il n'est pas aisé voir impossible de remonter cette rivière aujourd'hui, cette incertitude est la même pour notre voyage de recherche... Pourrons-nous ramener notre bateau au pied d'Embraud, rue de la Chaîne ?

Voilà plus d'une heure que nous avalons et le doute de trouver et de revenir ne fait que s'accroître. Derrière nous, Ponsut, Mauboux, Bouy et ses dalles au vert intense et traîtresses en fond de rivière, que notre bateau râcle par instant. Nous devinons maintenant le triste pont de Mornay et toujours pas de Gabrielle ! Manu fait part d'une courbe aigue des flots prochaine qu'aucun bateau ne peut franchir seul ou mal accompagné. Le jour déclinant rapidement, il est décidé que ce serait le point limite de notre recherche.

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Une fois encore Cécile semble l'apercevoir, c'est vrai que la silhouette est troublante mais non. Alors l'équipage déçu se décide pour la remonte qui sera lente et difficile. Les lumières de cette fin de journée sont sublimes et nous tentons de nous en suffire. A la vue de l'île du Ponsut, le pilote se rassure un peu de se retrouver en des encâblures plus communément empruntées, pour le chemin d'eau à choisir et pour la nourrice maintenant remplie de vide. Le bras de "mar", totalement ignoré à la descente, apparaît comme dans un lent traveling de cinéma... Puis, le profil de la fine silhouette de La Gabrielle gentiment posée sur un banc de graviers, comme si son charpentier Guy Brémard venait de terminer son ouvrage il y a 26 ans !

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Ce contournement de l'île n'est pas le passage du courant majeur, néanmoins nous l'aimons beaucoup pour son allure sauvage. De vieux chênes encombrent son lit et lui confèrent cet aspect inquiétant. Il était impossible d'imaginer que notre futreau, à gré d'eau, ferait choix de cette route et encore moins de l'imaginer traverser sans bris toutes ces barrières de bois. Pourtant il est là sans même une blessure. Ce n'est pas la peine que nous insistions sur le fait que nos bateaux ont une âme. Celle de la Gabrielle est bien perceptible par cette volonté d'autonomie...

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Après quelques minutes d'accordage entre Manu et Philippe sur la conduite à tenir pour que ce futreau retrouve son élément et de confirmer l'usure du cordage et non le vol, le voici maintenant à la remorque de Pénélope pour son retour vers la famille des bateaux chavans. Comme à l'accoutumée d'une mission incertaine et maintenant accomplie, un sifflet puissant retentit depuis la rivière vers Embraud, même si les murs sont une fois encore vides et sans musique.
Bientôt, les musettes résonneront à nouveau et les filles danseront...

 

Vendredi 20 novembre 2020 : manque un bateau !

Voir les commentaires

Samedi 24 octobre 2020

Publié le par L'Equipage des Chavans

Ce pourrait être un tableau, le train chavan et son équipage, comme s'ils venaient de stopper leur navigation pour le temps de la nuit (photo jean-marc duroure)

Ce pourrait être un tableau, le train chavan et son équipage, comme s'ils venaient de stopper leur navigation pour le temps de la nuit (photo jean-marc duroure)

Echelle des crues pont du Veurdre : - 0,41 m.

Chacun de nous a en ses mémoires des images dites romantiques, comme ce paysage envoyé par Freu, qui excitent notre imaginaire et l'idée que l'on peut se faire des heures anciennes. Ici, on retrouve la colline et son château, un feu pour la nuit et une traversée de rivière au bâton. Nous pourrions être quelque part à l'amont de nos terres, entre Coudes et Montpeyroux avec un vieux volcan en horizon... Des compagnons de marine, un feu et quelques bateaux pour continuer demain l'aventure...

 

La levée et l'ancre du futreau Hors du Temps (photos nelly perret)

La levée et l'ancre du futreau Hors du Temps (photos nelly perret)

A mi-pente, comme des mains tendues entre Embraud et la rivière, la vigne

A mi-pente, comme des mains tendues entre Embraud et la rivière, la vigne

Cette structure ajourée et rouillée portante de moyenne tension surplombe la rue de la Chaîne et les bateaux, c'est un peu notre tour Eiffel... Quand nous sommes sur le retour de pays plus bas, tels Apremont ou Meauce, nous la repérons de loin. Après trois heures de remonte, nous savons que nous approchons d'Embraud, notre port d'attache. Elle pourrait être perçue comme objet de laideur, mais sa résistance au temps et aux violences saisonnières de la rivière nous l'ont rendu attachante ! Qu'en sera-t-il si elle est un jour remplacée par un poteau ciment aux normes massives ?

Samedi 24 octobre 2020
Un air doux parcourt le val, les drapeaux flottent de soularne (le sud). Il faudra patienter pour remonter la rivière à la voile.

Un air doux parcourt le val, les drapeaux flottent de soularne (le sud). Il faudra patienter pour remonter la rivière à la voile.

Ci-dessous, la fine levée de la toue des chantiers et travaux divers, Pénélope. Elle a rendez-vous avec Vincent pour un coup de main à la remise en navigation d'un bras de rivière aujourd'hui encombré par la chute d'un arbre mort.

Samedi 24 octobre 2020
Quelques "flacons" patientent à température pour midi...

Quelques "flacons" patientent à température pour midi...

Rivière d'huile et ciel de plomb

Rivière d'huile et ciel de plomb

Le "chemin qui marche" semble aujourd'hui courir vers des horizons plus lumineux...

Le "chemin qui marche" semble aujourd'hui courir vers des horizons plus lumineux...

Dans la percée, en rive droite, le pigeonnier du grand domaine de Mauboux

Dans la percée, en rive droite, le pigeonnier du grand domaine de Mauboux

"L'escouade" à la remonte, dans le bras délicat qui fait face à la maison forte du Ponsut. Beaucoup d'arbres allongés sur le fond de rivière, sont autant de traîtres écueils...

"L'escouade" à la remonte, dans le bras délicat qui fait face à la maison forte du Ponsut. Beaucoup d'arbres allongés sur le fond de rivière, sont autant de traîtres écueils...

A l'approche du soir, Manu et Philippe font résonner le duo extrême 24 / 12 (la plus grave mêlée à la plus puissante de nos musettes) sur le pont du Lion

A l'approche du soir, Manu et Philippe font résonner le duo extrême 24 / 12 (la plus grave mêlée à la plus puissante de nos musettes) sur le pont du Lion

Voir les commentaires

Samedi 17 octobre 2020 : baptêmes voile et bouteille à la... rivière

Publié le par L'Equipage des Chavans

Echelle des crues du pont du Veurdre : - 0,41 m.

Difficile de résumer cette douce journée de rivière, tellement d'instants particuliers y sont attachés.

L'équipage, après un court bac, rejoint le train chavan ancré au beau milieu de la rivière pour cette maintenance de fin de semaine.

 

Samedi 17 octobre 2020 : baptêmes voile et bouteille à la... rivière

A notre arrivée sur le pont du Lion, notre toue de 13 mètres, Gros Fred découvre flottant dans le puit moteur au milieu de branchages et lentilles d'eau une "bouteille à la rivière"... Pas de doute sur la prime volonté. Une feuille enroulée sur elle-même, ainsi qu'une calligraphie à l'encre bleue y sont bien visibles.

Poursuivant la mise à sec des bateaux, le balayage, le contrôle des attaches et ancrages, la bouteille est posée à l'attente au centre de la table de la "carrée", chacun se demandant la teneur des propos enfermés.  

S'en suit un enchaînement digne d'un scénario des plus haletants. Alors que nous avons la plus grande peine à libérer le bouchon du flacon, le mystérieux message contenu ne parvient pas à refranchir l'étroitesse du goulot. L'idée suivante est bien sûr le fin fil de fer recourbé qui ne fait que ruiner la lettre humide !

Alors, d'un commun accord il est décidé de casser la bouteille sur une des oreilles de l'ancre. Quelle belle et foudroyante idée ! L'extrémité de la scène est telle que notre beau message est maintenant retourné à la rivière s'engouffrant sans attendre sous la levée du pont...

Le train, sur toute sa longueur est alors lestement parcouru, jusqu'au dernier bachot vite largué dans l'attente improbable de voir ressurgir la missive. Quelqu'un pense la voir flotter à "mar". De vifs coups d'avirons déçoivent rapidement. Il faut se résigner à rejoindre à contre-courant et coeur le train, déçu et honteux.

La casse d'un mûr aviron complète totalement ces folles minutes. C'est alors, qu'entre deux eaux, coulant maintenant à grande encâblure du train, la lettre ressurgit, pâle, d'une encre affaiblie. A la dernière seconde, le crochet de gaffe remonte les mots bleus que chacun croyait perdus !      

 

Samedi 17 octobre 2020 : baptêmes voile et bouteille à la... rivière

Impossible d'être fier de cette in extrémis récupération mais voilà délicatement posé à plat sur la table de bord le message :

Bonjour à la personne qui me trouvera

Le vin était trop bon

J'espère que nous allons bien le digérer

L'étiquette est toujours apparente. Achetez le même

Mise à l'eau le 23 août 2020 au pont Régemorte à Moulins

avec Sonia, Chrystelle, Jean-Pierre et Tom (?)  

Moulins / Château-sur-Allier en 56 jours pour un chemin de rivière de 36 kms, soit une moyenne de 1,5 kms / jour. Ce n'est pas si mal pour une bouteille "à gré d'eau".

Nous entendons bien que ce message ne concerne nullement l'appel désespéré d'une robinsonne captive d'une île d'amont, mais l'idée de ce voyage improbable avec comme finalité l'ancre du Lion d'Or chavan, nous à beaucoup plu !

Lorsque la morosité du monde aura fait son chemin et s'ils se reconnaissent, nous convierons ces quatre bons vivants à venir à la prochaine Fête de la Rivière et trinquer au périple de la bouteille du meilleur de leur cave.

photo sabine mouche

photo sabine mouche

Avant midi, augurant la montée d'un léger souffle portant, il est décidé de mettre en ordre de marche à la voile le futreau emblématique des chavans. Hors du Temps, fine nacelle de 11 mètres, est conduite et ancrée à l'aval d'Embraud, dans le couloir d'éole et de son flux de nord annoncé pour l'heure de cinq du soir.

photos nelly perret

photos nelly perret

Il faut bien se rendre compte que le gréement de Hors du Temps, c'est 170 mètres de cordages dormants et courants, 50 m2 de toile qu'il convient de parfaitement ordonner pour une marche au vent. Ce futreau de plus de 24 ans à connu bien des aventures, tant à la descente qu'à la remonte, sur l'Allier comme sur la Loire. Le voilà aujourd'hui, vivant, équilibré et droit, pour plusieurs baptêmes de cette magnifique manière de parcourir la rivière.

 

Le noeud de vergue est souqué au point d'équilibre

Le noeud de vergue est souqué au point d'équilibre

La voile établie, il ne reste plus qu'à libérer notre "guirouet" indicateur, tout en haut de la mâture, emmêlé. La chose est simple de principe, mais il convient d'assurer la base de personnes de bonne stature. L'opération de dénouage du gonfalon imposant durant quelques secondes un équilibre précaire. Car même le plus léger d'entre nous est tout à fait en capacité, une fois rendu au faîte, de renverser le transport tout entier. La manoeuvre ne sera que partiellement réalisée et l'énergie engagée aura eu raison de la velléité d'essais multiples.

Hors du Temps bientôt libéré...

Hors du Temps bientôt libéré...

La grand'voile confectionnée par les couturières de la Chavannée

La grand'voile confectionnée par les couturières de la Chavannée

A contre-courant, tranquille, par moins de 10 km/h de vent, une allure parfaite pour comprendre le rôle des diverses commandes

A contre-courant, tranquille, par moins de 10 km/h de vent, une allure parfaite pour comprendre le rôle des diverses commandes

Hors du Temps, prêt à lever l'ancre, entre bocage et plages

Hors du Temps, prêt à lever l'ancre, entre bocage et plages

Philippe et Virginie sur le retour, aux bâtons (photo jean-marc duroure)

Philippe et Virginie sur le retour, aux bâtons (photo jean-marc duroure)

Voir les commentaires

Samedi 10 octobre 2020 : Ciels !

Publié le par L'Equipage des Chavans

Là-bas, brillante des ses feux de lumières, l'île du Veurdre

Là-bas, brillante des ses feux de lumières, l'île du Veurdre

L'équipe du jour est à pied d'oeuvre pour le grand nettoyage des dessous du plancher du bateau à passagers. L'ombre du vieux chêne a un prix, celui des glands et feuilles amoncelés qui en dernier lieu empêchent le fonctionnement de la pompe de secours. L'occasion de retrouver divers "trésors" tels que capsules, bouchons, outils divers et barrettes de tout style... Moment choisi aussi pour faire l'inventaire du lot de bord obligatoire aux voyages publics.

 

Samedi 10 octobre 2020 : Ciels !

Un peu avant midi, alors que Jean-Marc et Philippe rejoignent à force de bras les îles d'Embraud sur leur futreau, une autre équipe, comme il est de coutume début octobre, s'en va en reconnaissance des nouveaux fonds et "routes", en prévision des prochaines levées d'ancre du Lion d'Or. 

Bachots, toues et futreaux de la Chavannée rue de la Chaîne à Château-sur-Allier

Bachots, toues et futreaux de la Chavannée rue de la Chaîne à Château-sur-Allier

Une place de choix !

Une place de choix !

Le "renforceur" et sondeur, Gros Fred à sa tâche

Le "renforceur" et sondeur, Gros Fred à sa tâche

Retour de "mission" de la toue Pénélope

Retour de "mission" de la toue Pénélope

Samedi 10 octobre 2020 : Ciels !

Pour fêter le retour tant attendu en pleines eaux des bateaux chavans, l'équipage se retrouve autour d'un verre de blanc du meilleur Riousse et de quelques viandes grillées. Plus tard, le brillant "chemin qui marche", presque métallique, traverse la nuit.

photos nelly perret

photos nelly perret

Voir les commentaires

Samedi 3 octobre 2020 : la rivière frémit à nouveau

Publié le par L'Equipage des Chavans

Samedi 3 octobre 2020 : la rivière frémit à nouveau

Toujours pas de cote disponible à l'échelle des crues du pont du Veurdre pour cause de fil de téléphone rompu et l'absence de données qui en découle. Mais la rivière remonte ! Ce serait triste de ne pas voir le résultat du presque déluge en nos terres même si la pluie qui nous mouille aujourd'hui n'est pas celle qui impacte les eaux passantes. Se dire qu'elle y contribue est déjà bien heureux.

L'Allier ressemble à nouveau à une vraie rivière et dissimule chaque jour un peu plus ses sables et gravières. Par la grosse ancre jetée à l'aplomb de la rue de la Chaîne et pour le moral de l'équipage, le train chavan quitte les frondaisons de rives pour reprendre ses quartiers "pleines eaux" de saison batelière.

 

A bord du Lion d'Or (bateau à passagers de la Chavannée)

A bord du Lion d'Or (bateau à passagers de la Chavannée)

Comme une rentrée scolaire, les filles en tête, nos "chavouisses marinières" sont à pied d'oeuvre pour écoper futreaux et toues et persévèrent dans leur expérience de franchissement transversal (dit bac), tant aux avirons qu'au bâton. 

Samedi 3 octobre 2020 : la rivière frémit à nouveau
photos nelly perretphotos nelly perret

photos nelly perret

Voir les commentaires

Samedis 22 et 29 août 2020 : exercices au bâton ferré

Publié le par L'Equipage des Chavans

A l'aube d'un nouveau jour (photos nelly perret)

A l'aube d'un nouveau jour (photos nelly perret)

Le monde change... Chez les Chavans aussi ! Aujourd'hui, l'équipage compte bien autant de filles que de garçons. A Embraud, à la hauteur du port de la rue de la Chaîne, il y a toutes les chances de croiser à la manoeuvre Claire, Sabine, Sophie, Nelly ou Cécile. Une navigation moins musculeuse mais en voie d'être bien aussi précise et respectueuse de la flotte. 

En cette fin d'été douce et calme, avant que les eaux ne remontent, les voici aux côtés de Gros Fred précisant leurs gestes bateliers, en solo ou en duo.

 

Claire

Claire

Cécile

Cécile

Nelly

Nelly

Samedis 22 et 29 août 2020 : exercices au bâton ferré
Samedis 22 et 29 août 2020 : exercices au bâton ferréSamedis 22 et 29 août 2020 : exercices au bâton ferré
Gros Fred

Gros Fred

Samedis 22 et 29 août 2020 : exercices au bâton ferré
Samedis 22 et 29 août 2020 : exercices au bâton ferréSamedis 22 et 29 août 2020 : exercices au bâton ferré

Voir les commentaires

Mardi 28 juillet 2020 : absence de cote de niveau à l'échelle du pont du Veurdre !

Publié le par L'Equipage des Chavans

Mardi 28 juillet 2020 : absence de cote de niveau à l'échelle du pont du Veurdre !

L'extrême bassesse des eaux actuelle ne permet plus de donner de cote précise du niveau de la rivière. Le système de relevé des données de l'échelle des crues du pont du Veurdre étant situé en rive droite, dans un bras aujourd'hui asséché !

Embraud (Château-su-Allier)

Embraud (Château-su-Allier)

Ci-dessus et dessous, les photos de Nelly Perret décrivent justement la gare estivale de la flotte des chavans, à l'ombre de la rive bourbonnaise. Notons que c'est une chance d'être de ce côté du monde, car si nous étions habitants de l'autre rive, nos bateaux ne pourraient bénéficier de l'ombre salvatrice d'après-midi et subiraient de plein fouet les dommages de la canicule. Ne dit-on pas qu'un bateau perd 5 années de sa vie lorsqu'il ne peut être à l'abri des rayons de l'astre diurne.

Mardi 28 juillet 2020 : absence de cote de niveau à l'échelle du pont du Veurdre !Mardi 28 juillet 2020 : absence de cote de niveau à l'échelle du pont du Veurdre !Mardi 28 juillet 2020 : absence de cote de niveau à l'échelle du pont du Veurdre !
Mardi 28 juillet 2020 : absence de cote de niveau à l'échelle du pont du Veurdre !
Embraud (sur-Allier) vu depuis une fenêtre de verdure du port d'été

Embraud (sur-Allier) vu depuis une fenêtre de verdure du port d'été

Voir les commentaires

Samedi 27 juin 2020

Publié le par L'Equipage des Chavans

photos gilles montagne

photos gilles montagne

Ce jour, le bachot Mathilde (5 mètres) est une nouvelle fois la nacelle des baptêmes, ceux de Claire et Sabine aux avirons. Essais sur le bac rue de la Chaîne / île aux Chèvres.

 

Suit une initiation aux noeux bateliers. Sabine réalise sur une courbe de la toue Pénélope une chaîne anglaise. Nouage de belle allure, très utile pour réduire un long cordage et simple à libérer.

Samedi 27 juin 2020

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>